La Tribune
le 6 Juin 1997

L'UPA-Estrie n'a pas l'intention de s'en mêler

Gilles Dallaire
Magog, Quebec

A moins d'une demande expresse de ses membres, la Fédération de l'Estrie de l'Union des producteurs agricoles n'a pas l'intention d'intervenir dans le litige relatif au tracé que suivra en Estrie le gazoduc que Trans Québec & Maritimes projette la construction entre Lachenaie et Boston.

"Nous savons que des producteurs agricoles, des producteurs forestiers et des prodeucteurs d'arbres de Noel veulent que le gazoduc passe ailleurs que là où Trans Québec & Maritimes souhaite le faire passer et nous ne considérons pas comme des problèms mineurs les problèms qui pourraient surgir si le tracé privilégié par cette compangnie était retenu. On ne nous a cependant pas demandé d'exercer des pressions de façon formelle et c'est pour cette raison que nous ne sommes pas intervenus jusqu'ici", a expliqué hier le président de l'organisme, M. Jacques Dion.

Il a ajouté que les dirigeants estriens de l'UPA suivent l'évolution du dossier de trés prés et qu'ils n'hésiteront pas à intervenir s'ils jugent qu'une prise de position peut amener Trans Québec & Maritimes à opter pour un tracé moins controversé.

Le tracé privilégié par cette filiale à part égale de Gaz Métropolitain et de TransCanada Pipelines traverse une zonne marécageuse, une zone de villégiature, des érablières, des terres en culture et au moins une plantation d'arbres de Noel entre Stukely-sud et Ayer's Cliff. Il passe aussi à proximité de la source d'eau potable de Stukely-Sud et de zonnes habitées. Les adversaires du choix de ce tracé veulent que le gazoduc soit contruit dans l'emprise des autoroutes 10 et 55 aux endroits où la chose est possible et à proximité de l'emprise ailleurs.

Ils ne se sont pas privés de le dire au consultant mandaté par Trans Québec & Maritimes pour vanter les mérites du tracé privilégié, M. Urgel Delisle, lors d'une assemblée d'information tenue à l'hôtel de ville de Magog mercredi soir sous l'égide du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Ils ont notamment reproché à cette compagnie de ne se laisser guider que par le désir de faire des économies sans se soucier des impacts de son choix.

Il y a de tout lieu de croire que de fortes pressions seront exercées sur le ministre de l'Environnement pour qu'il ordonne au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement de tenir une consultation qui donnera au public l'occasion de faire connaître son point de vue sur le projet caressé par Trans Québec & Maritimes.


Go Top

Go to PNGTS Extension Press Index

Go to Pipeline Blues Index

Go to Hermit.cc Homepage