Bel exercice de démocratie!

Stukely Sud, QC
30 avril 1998

La "coalition de l’establishment" de l’énergie du Canada formée de l'office national de I’énergie, des agences de contrôle provinciales, des politiciens des deux niveaux de gouvernement et des promoteurs du gazoduc, a approuvé récemment la décision de construire un gazoduc pour amener le gaz naturel de I'Ouest canadien aux consommateurs américains, en passant à travers les terres privée dans les Cantons de l’est.

Il y a moins d’un mois, l'Office national de l’energie ( fédéral ) et le cabinet provincial ont donné leur accord à un projet de TQM (Trans-Quebec and Maritime Pipeline Inc., associé de Trans-Canada Pipeline).

L'Office national de l'énergie s’est empressé d'approuver tel que le projet québécols- comme pour se faire pardonner d'avoir préféré le trajet direct du gazoduc de l'île des Sables, en Nouvelle-Ecosse, ver la Nouvelle-Angleterre, sans passer par le Québec. Evidemment, les droits de 450 propriétaires des Cantons de I'Est ne peuvent pas entrer en ligne de compte avec un projet si important!

On présente le projet comme étant "d’intérêt public". En fait, au moins 95% de ce gaz transporté à partir de I'Ouest canadien, est destiné aux consommateurs amiéricains de la Nouvelle Angleterre, principalement pour leurs centrales thermiques. Ceux-ci obtiendront bientôt le gaz naturel de l’île des Sables, probablement à meilleur prix. Nos deux niveaux de gouvernement n’hésitent pas à défigurer une des régions les plus pittoresques du Québec et une destination touristique reconnue, sans compter les dommages irréparables à l’environnement. Le rôle des organismes de contrôle tels l'office de l’énergie et le BAPE ( Bureau d'audiences pubiques sur l’environnement ) est justenent de prévenir de telles erreurs.

Les propriétaires privés ont bien démontré devant ces diverses instances les dangers du trajet proposé par les promoteurs: terrains fragiles, marécages, étangs, forêts, érablières, etc. Sans compter qu'un gazoduc ouvre une bréche immense en plein milieu des terres, livrant le passage aux motoneiges et aux véhicules tout terrain, aux chasseurs et aux braconniers, détruisant ainsi l’habitat naturel de plusieurs plantes et animaux. Pourtant, le BAPE a remarquablement rempli sa fonction et son rapport est clair sur les erreurs à éviter. En particulier, il recommande de changer à tout prix le trajet prévu dans la municipalité de Stukely Sud, car "il s'agit d’une succession de zones extrêmement sensibles, tant du point de vue humain que de ceux du paysage et du milieu naturel". Les promoteurs ont fait fi du rapport et le cabinet provincial a ignoré les recommandations de son propre organisme de surveillance. Quant à I'Office de I’Energie fédéral, il a accepté telles quelles les recommandations des promoteurs, sans accorder la moindre attention aux demandes des propriétaires lésés. Selon les promoteurs, plusieurs milliers d'emplois seraient en cause. De fait, seulement 6 á 8 emplois à long terme seraient créés. Voilà l’intérêt "public".

Depuis le début, les propriétaires privés ont été traités de façon cavalière et arrogante. Les promoteurs ont employé diverses tactiques de désinformation et de pression indue sur les propriétaires, et même certaines municipalités ont reçu des menaces. Les promoteurs n’ont pas proposé de véritable trajet alternatif et ont ignoré ceux proposé par le BAPE. Les propriétaires privés gardent l’impression que ces diverses commissions ne sont qu'une farce qui leur permet de se vider le coeur, mais dont personne ne tient compte. La décision est déjà prise ailleurs, notamment par les promoteurs "gaziers" de Calgary et leurs comparses au Québec. Et nos gouvernants s'inclinent. Bel exercice de démocratie!

Jean-Marc SAINT-HILAIRE
Hélene BOLDUC
Marie-Thérèse MARECHAUX
Gilles TREMBLAY
Marion MOAMAI
Christina DAVIDSON
Gary RICHARDS


Return to Letters Index

Return to Pipeline Blues Index